Comme vous avez pu le voir ici , j’ai donc choisi de « travailler » sur le thème des émotions avec mes filles. Suite à la lecture des nombreux livres sur le sujet, je leur ai proposé de créer leur propre roue des émotions. C’est avec un grand enthousiasme qu’elles ont accepté de faire cette petite activité avec moi. Et puis …

« C’est quoi une roue des émotions ? »

Oui, forcément, il faut tout de même préciser ce que j’entends par roue des émotions. Notre roue des émotions ressemble à cela :

Il s’agit simplement d’une roue sur laquelle l’enfant peut faire tourner une flèche pour indiquer comment il se sent. Elle peut être utilisée dans un moment de crise (ils sont rares chez nous mais on ne sait jamais) ou à tout moment de la journée quand l’enfant a envie de parler de ce qu’il ressent ou que ses parents ont envie de le questionner à ce sujet (en toute discrétion et de manière ludique bien sûr !).

Voilà ! Passons aux choses sérieuses c’est à dire aux différentes étapes de fabrication de cet outil. Je suis partie sur l’idée d’utiliser le monstre des couleurs du livre La couleur des émotions car mes filles le connaissent bien et que je le trouve adorable et visuel.

Le matériel utilisé :

  • Une feuille de papier blanche très épaisse pour le rond (pour ma part, j’ai utilisé deux pochettes cadeaux reçues à la naissance des filles, que j’ai collées l’une au dessus de l’autre pour avoir l’épaisseur que je voulais et deux côtés blancs)
  • Un feutre noir à mine fine
  • Des monstres des couleurs à colorier trouvés ici
  • Des crayons de couleurs
  • De la colle
  • Du carton (pour la flèche et pour le décor)
  • Des sticks de gouache (la passion de mes filles !) qui peuvent être remplacés par de la peinture, des pastels ou même des feutres
  • De la gouache noire pour la flèche
  • Une attache parisienne

Les différentes étapes :

Le travail de maman et/ou papa en amont :

1 – Découper un rond d’environ 20 cm de diamètre. Il faut que cela soit relativement grand pour que l’on puisse y mettre tous les monstres.

2 – Tracer des lignes pour partager la roue en 6 parties (une par émotion) comme un camembert.

3 – Découpage d’une flèche et d’une douzaine de petits ronds dans du carton.

Au tour des enfants :

4 – Coloriage de chaque monstre : 8 en tout, donc 4 chacune. Il y avait en effet 6 monstres représentant 6 émotions (la joie, la tristesse, la colère, la peur, la sérénité, l’amour) et 2 monstres barbouillés pour le verso de la roue.

5 – Collage de chaque monstre représentant une émotion dans chaque partie de notre roue et des deux monstres barbouillés au dos de la roue.

6 – Peinture de la flèche à la gouache (en noir pour nous) et des petits ronds en carton avec les sticks de gouache (c’est le choix que mes filles ont fait et ça rend plutôt bien).

On termine ensemble :

7 – Maman fait un trou au centre de la roue pour y mettre la flèche grâce à une attache parisienne et colle, sur les indications des enfants, tous leurs petits cercles en carton au verso.

Ce que nous retenons :

Pour l’étape 4, Miss Lili, qui adore le coloriage, a été très attentive à ne pas laisser de blanc et à ne pas dépasser.  Little D., beaucoup moins passionnée par cet exercice, a passé moins de temps sur cette partie de l’activité. Cela donne des résultats très différents mais qui ont chacun leur charme et porte la marque de chacune de mes filles (j’adore !).

Pour l’étape 7, j’ai choisi de coller moi-même les ronds en carton car je préférais utiliser le pistolet à colle. C’était la première fois que je faisais ça devant elle. Elles sont restées bien prudentes et ont respecté le fait de se tenir à distance, même si elles étaient bien intriguées.

Pour finir :

Un petit conseil : pensez à mettre l’attache parisienne avant de coller quoi que ce soit au dos de la roue sinon elle ne pourra pas être cachée par les différents éléments.

Enfin (mais ça vous ne le voyez pas sur les images car mes photos ont été prise avant), nous avons fait une séance photo avec mes filles durant laquelle elles ont mimé chaque émotion. Fous-rire garanti !!

Ces photos ont également été collées sur la roue sous chaque monstre. Elles permettent de personnaliser notre roue et de la rendre encore plus sympa à utiliser pour les filles.

Depuis que nous avons réalisé cette activité, les filles me demandent régulièrement de me montrer ce qu’elles ressentent grâce à leur roue. Dés qu’elles sont un peu tristes ou au contraire particulièrement joyeuses, elles veulent me le faire savoir en utilisant cet instrument. Cette roue a donc été l’occasion d’une activité ludique partagée avec elles mais est aussi d’une grande utilité puisqu’elle permet de les faire parler. Ce n’est donc que du positif !

Voilà pour notre première activité. Si cela vous tente et que vous réalisez vous aussi cette roue avec vos enfants, n’hésitez pas à poster vos photos sur mon Facebook ou sur Instagram en me taguant. Je serai très heureuse de découvrir votre version.