Finalement, pour ce thème des petites bêtes, nous avons fait beaucoup moins d’activités que ce que je pensais. Il faut dire qu’après tout ce que nous avions fait pendant les vacances de Pâques, mes puces étaient surtout en demande de jouer toutes les deux. Je les ai donc laissé vaquer à leurs occupations tout en leur proposant, de temps en temps, une petite activité manuelle qu’elles acceptaient…ou pas.

Pour cette thématique, j’ai donc vraiment restreint mes propositions aux activités que je trouvais les plus sympas à faire. Ce petit tableau, que j’avais en tête depuis un bon moment, me tenait vraiment à cœur car je trouvais l’image très poétique. Je savais également qu’il allait trouver sa place rapidement dans la maison puisqu’il comprend une photo des chatons (c’est ce que l’on aime le plus afficher !). Pour le blog, j’ai totalement ombré ces photos, mais sur les tableaux originaux mes puces sont visibles. J’aime d’ailleurs beaucoup leur regard sur la photo. Dommage que je ne puisse pas vous le mettre ici. Ceci dit, je trouve cette version très jolie également.

Mais trêve de bavardages, voici les différentes étapes par lesquelles nous sommes passées pour réaliser ce tableau.

Le matériel utilisé (par enfant)

Pour le tableau 

  • Une feuille de papier de couleur type CANSON, en format A4
  • Des feuilles de couleurs pailletées trouvées chez HEMA
  • Une perforatrice papillon
  • De la colle en stick
  • Un appareil photo
  • Une imprimante
  • Des ciseaux

Pour le cadre 

  • Des bâtonnets de glace
  • De la gouache noire
  • Un pinceau
  • Des ciseaux et un pistolet à colle ou de la colle forte (pour papa et/ou maman)

Les différentes étapes

Le travail de maman et/ou papa en amont :

1 – Prendre des photos de votre enfant en train d’ouvrir ses mains et de regarder en l’air comme s’il voyait les papillons s’envoler (attention : grand moment en vue, en fonction du jeu d’acteur de vos enfants !)

2 – Découper la photo pour ne garder que votre enfant. C’est un travail un peu délicat mais on se rend rapidement compte que finalement, il ne faut pas être si précis que cela. Je peux vous assurer que quelques cheveux de mes puces n’ont pas résisté à mes coups de ciseaux (je ne parle que des photos bien sûr) !

Au tour des enfants :

3 – Coller la photo en bas à droite de la feuille de couleur (ou en bas à gauche en fonction du sens dans lequel votre enfant s’est positionné pour la photo).

4 – A l’aide de la perforatrice, découper plein de petits papillons de différentes couleurs.

5 – Coller les papillons sur la feuille A4 comme s’ils s’échappaient des mains de l’enfant. En fonction de l’âge de votre bout d’chou, il faudra peut-être tracer des traits pour délimiter l’espace où il peut coller les papillons.

On termine ensemble :

6 – Peindre des bâtonnets de glaces en noir.

7 – Maman et/ou papa découpe les bouts des bâtonnets pour qu’ils soient plats, et les colle sur le tableau à l’aide d’un pistolet à colle ou de colle forte.

Ce que l’on retient

C’est une activité qui a fait travailler la motricité fine de mes puces, dans un premier temps, avec le découpage des papillons à la perforatrice.

Elle permet aussi de faire un peu de collage.

Enfin, nous avons travaillé sur le respect des consignes car elles avaient pour objectif de ne pas dépasser les deux traits que j’avais dessiné sur la feuille. C’était donc une activité avec une contrainte, qu’elles ont parfaitement respectée, même si ce n’est pas toujours évident à cet âge-là. Il est donc intéressant de leur proposer ce type d’exercice.

Pour le cadre, nous avons choisi de le faire avec ce que nous avions sous la main mais cela a pris un peu de temps. Il est possible de l’acheter bien sûr, mais on peut aussi le faire avec du carton. Cependant, je trouve qu’avec les bâtonnets en bois le rendu est vraiment sympa.

En conclusion

Nous adorons ce tableau. Il a été assez simple à réaliser et le résultat est vraiment joli. Il a aussi l’avantage de pouvoir prendre de nombreuses significations. Par exemple, en pleine période de déconfinement, j’avoue l’avoir beaucoup perçu comme une image de liberté retrouvée (ou pas). Mais il peut tout aussi bien montrer un attachement à la nature. Bref, ce tableau n’a pas fini de faire travailler notre imagination !

Si vous vous en inspirez, n’hésitez pas à me taguer sur les réseaux sociaux pour que je vois le résultat.